Editions Take5 Gabriele BasilicoEst un photographe italien né à Milan en 1944. Il est l'un des photographes “documentaristes” les plus connus aujourd’hui en Europe, qui a immortalisé sans relâche tout au long de sa vie les transformations de la ville et du paysage industriel.

Architecte de formation, il travaille comme photographe d’architecture pour l’édition, l’industrie et les institutions publiques et privées. Et en 1983, la PAC de Milan présente sa première exposition importante: "Milano, ritratti di fabbriche."

En 1984 et 1985, Il participe à la mission photographique de la D.A.T.A.R., initié par le gouvernement français pour documenter la transformation du paysage national contemporain.

Il est alors successivement invité à participer à de nombreux projets analogues dans différents pays d’Europe: Italie, France, Allemagne, Suisse, Espagne, Portugal, Hollande, Autriche...

En 1990, il remporte le Grand Prix International du Mois de la Photo en présentant à Paris "Porti di mare", une recherche photographique portant sur différents ports maritimes.

C'est en 1991 qu'il participe, au sein d'un groupe de photographes internationaux, au projet photographique sur Beyrouth dévastée par la guerre. ?En 1994, la Fondation/Galerie Gottardo di Lugano lui dédie une importante rétrospective réunissant quinze ans de photographie (1978-1993), exposition itinérante présentée dans les principaux musées européens. A cette occasion, le livre “L’esperienza dei luoghi” est publié. En 1996, le jury international de la VIème exposition d’Architecture de la Biennale de Venise, lui attribue le 1er prix pour la photographie d’architecture contemporaine.

Au printemps 2000, le Musée Stedelijk d’Amsterdam présente une rétrospective de son travail, en relation avec son dernier livre "Cityscapes", qui illustre, en 330 images, son travail de 1984 à 1999. Cette exposition sera reprise par le CPF (Centre Portugais de la Photographie) de Porto, au MART (Musée d'Art Moderne de Trente et Rovereto) et au MAMBA (Musée d'Art Moderne de Buenos Aires). ?La même année, un travail de recherche sur la zone métropolitaine de Berlin voit le jour, à la demande du DAAD (Deutscher Akademischer Austausch Dienst). L'IVAM (Institut Valencien d'Art Moderne) lui confie également la tâche d'élaborer une étude photographique sur la ville de Valence, pour l'exposition "Milano, Berlin, Valencia". Enfin, il reçoit le premier INU 2000 de l’Institut National de l’Urbanisme pour sa contribution à la documentation de la ville contemporaine à travers la photographie.? Il réalise, en 2001, une vaste campagne, intitulée L.R.19/98, sur les aires abandonnées de la Région Emilie-Romagne, et commence une grande recherche sur l'aire archéologique de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, sujet de l'exposition "Provincia Antiqua" pour les XXXIIIèmes Rencontres Internationales de la Photographie d'Arles.

En juin 2002, il reçoit pour son ouvrage "Berlin" le prix du meilleur livre de photographie de l'année par PHOTO Espana. La même année, la Province Autonome de Trente lui confie la réalisation d'un travail documentaire sur la province aboutissant à une exposition au MART.? L'année 2003 est marquée par les retours sur deux travaux importants dans le parcours de Gabriele Basilico :? dans le nord de la France, où il fut invité par la ville de Cherbourg, il retraverse et observe le paysage déjà parcouru en 1984-5 pour la campagne de la D.A.T.A.R.; et à Beyrouth, où il photographie pour la revue Domus la partie centrale de la ville, alors reconstruite, en contrepoint au travail qu'il a conduit en 1991. Ces deux travaux furent traités dans les volumes: "Bords de mer" et "Beirut 1991 (2003)".

Toujours en 2003, il participe à la Vème Biennale Internationale d'Architecture et de Design de Sao Paulo avec une exposition d'images spécialement réalisées au Portugal sur l'architecture portugaise récente. Cette exposition intitulée "Disegnare la città" est présentée à la Triennale de Milan en janvier 2004.

Au cours de ce même mois de janvier, sont présentées au MIT Museum de Cambridge les expositions "L.R. 19/98" et la version étendue de "Bords de mer".

Le CGAC (Centro Galego de Arte Contemporanea) de Saint-Jacques-de-Compostelle confie à Gabriele Basilico un projet de recherche sur la ville présenté en mars 2004.
La même année, il participe à l'exposition "Arti e Architettura 1900-2000" au Palais Ducal de Gênes, et il réalise deux campagnes photographiques sur les villes de Barcelone et de Mantoue pour le projet Postcard City, pour l'exposition homonyme au Palais de la Région de Mantoue. Il est invité par l'institution chargée des Biens Architecturaux et du Paysage de Naples à produire une série de photographies inédites pour l'exposition Obiettivo Napoli. Les Lieux de mémoire imaginés (Luoghi memorie immagini), sont présentés en mars 2005 à la Salle Dorique du Palazzo Reale, et l'installation permanente d'un opéra photographique (27 x 1,90 m) voit le jour sur le quai de la station Vanvitelli du métropolitain napolitain. Est aussi publié l'ouvrage Scattered City, qui réunit 160 images inédites de villes d'Europe.

Son travail fait l’objet de plusieurs rétrospectives, en 2005 à Rome à l’atelier del Bosco de la Villa Medicis, en 2007 à Paris à la Maison européenne de la photographie (Photographs 1980-2006), en 2008 au San Francisco Museum of Art, et à Turin au Teatro Carignano et à la Fondation Merz.

Il participe au Pavillon de l’Italie de la 52ème biennale de Venise en 2007, et à plusieurs expositions collectives en 2008 : Artistas y fotografos. Imagenes para una colecciòn au Musée Reina Sofía de Madrid, United Artists of Italy au Musée d'art moderne de Saint-Étienne, Italics au Palazzo Grassi de Venise.
Il se rend une fois encore à Beyrouth pour le livre éponyme édité par les éditions Take5.

En 2012, Gabriele Basilico présente à la galerie Anne Barrault des photographies réalisées à Rio et Shanghai entre 2010 et 2011.

En 2013, la Fondation Cini commande un travail à Gabriele Basilico sur l’architecture de Piranese et expose les photographies à Madrid, Barcelone et Venise.
Cette même année Gabriele Basilico nous a quitté.

Choix de langue :