Livres publiés

A Walk in the Forest

Livre d’artistes publié par les éditions Take5 en 2021,
sous la direction éditoriale de
Céline Fribourg
Photographies : 14 tirages pigmentaires originaux signés de
Tony Oursler
Une vidéo de 15 mn spécialement créée par Tony Oursler pour le livre, sur un écran LCD inséré dans le papier, avec batterie rechargeable
Textes de Tony Oursler
Graphisme : Typographie inédite, mise en page et découpes dessinées par
Studio Des Signes
Impression en sérigraphie et découpes manuelles
Boitier dessiné par Germans Ermics, sculpté dans la résine et coloré par
Vincent de Rijk
Clé USB en noyer, gravée, contenant la vidéo Chacun des trente exemplaires
est numéroté et signé par Tony Oursler
A Walk in the Forest

"Il n’y a rien de purement humain, il y a du végétal dans tout ce qui est humain, il y a de l’arbre à l’origine toute expérience”, écrit le philosophe Emanuele Coccia. 

  Depuis le début des années 90, Tony Oursler a fait de l’art vidéo son domaine de prédilection. Sa signature : penser l’image en relation avec son support de projection, afin de créer de véritables installations immersives dans lesquelles le spectateur se trouve complètement décentré. En 2000, il crée à New York The Influence Machine, sa première œuvre vidéo projetée sur des arbres. Dix-neuf ans plus tard, il renouvelle l’expérience dans le jardin de la Fondation Cartier avec l’installation Eclipse. “Lorsqu’une éclipse solaire passe au-dessus d’un arbre, elle se reflète sur leurs feuilles : en les regardant du dessous, cela crée un vrai système optique qui me fascine”, confie l’artiste. De cette inspiration résulte une mise en scène captivante de visages mouvants, déclamant comme au théâtre des paroles solennelles sur la place de l’humain et de la nature dans notre société contemporaine.

Take5 Tony Oursler A Walk In The Forest Julien Gremaud 003

Dans le livre A Walk in the Forest Tony Oursler nous invite, à travers une promenade nocturne dans la forêt, à rencontrer différents « arbres-personnages ». L’artiste, en projetant des visages mobiles sur les feuillages et les troncs des arbres, nous rappelle que la survie de l’homme est intégralement liée à l’existence des arbres et de la nature. La forêt précède l’homme et elle lui succède aussi.

Tony Oursler, à travers ses photographies et ses textes se fait le traducteur de ces arbres et leur porte-parole, en évoquant les menaces qui pèsent sur eux, en soulignant l’incongruité de notre attitude à leur égard. Les photographies de ces projections sont à la fois des paysages et des portraits, elles rappellent les tableaux des Saisons d’Arcimboldo. La représentation allégorique de la forêt contribue à signifier la permanence de son empire à la fois dans la nature et comme symbole.

Take5 Tony Oursler A Walk In The Forest Julien Gremaud 005

Dans la vidéo de 15 minutes spécialement réalisée pour le livre, et insérée dans le papier du boitier en carton, l’artiste créé différents tableaux de correspondances entre le visible et l’invisible, le microcosme et le macrocosme, l’art, la nature et les Sciences.

Naviguant entre les mondes terrestres, célestes et supra-célestes, l’homme fait partie d’un tout, d’un infini changeant, dynamique, en constante métamorphose. L’humour et l’étrangeté des compositions de Tony Oursler soulignent les problèmes de notre époque avec tendresse et mélancolie : La machine métaphorique hypertrophie la virtualité signifiante, produisant ici, comme l’avait formulé Roland Barthes, un malaise subtil encore plus pénétrant que si l’horreur venait d’une simple exagération ou d’une remontrance en bonne et due forme.

Take5 Tony Oursler A Walk In The Forest Julien Gremaud 006

Dans ces aller et retour du loin au près, de l’abstraction idéale à la matérialité physique, Tony Oursler invite le spectateur à pénétrer l’expérience vertigineuse de l’inconstance de la forme et du signifiant. L’artiste est un magicien qui, en se promenant dans la forêt, joue avec la poésie, le rêve, la métaphore, l’invention du langage, l’énigme, les cryptographies, les grotesques. Une fois passé le sentiment de stupeur et de l’étonnement amusé, les images réveillent notre conscience inquiète, en prise avec un monde en proie à l’autodestruction.

Take5 Tony Oursler A Walk In The Forest Julien Gremaud 008

Pour mettre en page les mots de la nature, le studio Des Signes a imaginé une forêt de pages ancrée par un tronc central en papier. Ils ont spécialement créé une police de caractère qui « végétalise » les lettres qui semblent pousser de manière organique à travers la page. Un jeu des formes découpées rappellent les ombres de la lune qui sculptent les feuillages la nuit.

 
Take5 Tony Oursler A Walk In The Forest Julien Gremaud 009

Pour contenir ce livre au spiritus phantasticus, le designer lithuanien Germans Ermics a dessiné un boitier à la forme étrange et indéfinie, aux tonalités subtiles, qui évoque de façon abstraite certains traits du visage humain. Ce contenant organique, d’apparence presque liquide, moulé puis longuement poli par les mains du spécialiste de la résine Vincent de Rijk évoque la sève, l’eau, le minéral.

Take5 Tony Oursler A Walk In The Forest Julien Gremaud 011
Take5 Tony Oursler A Walk In The Forest Julien Gremaud 012
Take5 Tony Oursler A Walk In The Forest Julien Gremaud 013
Take5 Tony Oursler A Walk In The Forest Julien Gremaud 016

Choix de langue :